Madgoul, une localité où tout est à construire

Madgoul, une localité où tout est à construire

Une  délégation conduite par le président de l’Assemblée nationale, Mohamed Ali Houmed, le Ministre du Budget, Abdoukarim Aden Cher, et le Ministre du Commerce, Hassan Houmed Ibrahim, est partie ce jeudi 2 Juillet à la rencontre de la population de Madgoul, une autre bourgade du nord située au pied du mont Moussa Ali. Reportage…

 

Jeudi 02 juillet 2020, il est 16 heures. Nous voilà à Tadjourah, chef-lieu de la région du même nom, après une traversée du golfe à bord de deux vedettes des garde-côtes. Inutile de rester plus longtemps dans la ville blanche. La délégation conduite par le présiden
t de l’Assemblée nationale, Mohamed Ali Houmed, le ministre du Budget, Abdoukarim Aden Cher, et le ministre du Commerce, Hassan Houmed Ibrahim, doit poursuivre son voyage via la RN11. Les membres de cette forte délégation comprenant une vingtaine de parlementaires issus de différentes les régions de l’intérieur, des hauts cadres de l’administration et les autorités de la région s’engouffrent dans des 4×4 pour former un cortège long de plus de 30 voitures. Arrivés à Dorra, après une heure et demie de route depuis Tadjourah, nous quittons ainsi l’asphalte pour emprunter une piste sauvage et pittoresque. Pierraille, trous, épaisse couche de sable… A l’intérieur de la voiture, ça cogne soudainement, ça secoue et ça sursaute parfois. Un vrai calvaire. Enfin, il est 21 h quand on arrive à destination : Madgoul, perdu au bout d’une piste tantôt caillouteuse tantôt sableuse. L’accueil réservé aux membres de la délégation aura été si chaleureux qu’il leur a aussitôt permis d’oublier la fatigue et les calvaires du voyage. Et pour rendre inoubliable cette soirée spéciale, quoi de plus savoureux qu’une série de plats locaux spécialement préparés pour les convives.

« Je n’ai jamais pensé qu’un jour, je me réveillerai à Madgoul aux côtés d’un président du parlement, d’un ministre ou d’un député »,lance, discrètement, Moumina Aden, une mère de famille issue de cette localité. Dans la quiétude de cette matinée de vendredi qui commence, elle est là, sans dire mot, à observer tout ce beau monde, les yeux remplie de joie.

 

« Le simple fait que nos autorités partagent un repas avec nous, dorment à Madgoul, nous procure un soutien moral que vous ne pouvez même pas imaginer »,dit-elle d’une voix cassée par l’émotion.

Le sentiment de Moumina, visiblement marquée par la présence de cette importante délégation, était partagé par tous les habitants de cette localité.

 

La visite de cette délégation à Madgoul intervient, rappelons-le, après celle effectuée le 18 juin dernier à Goubetto, une localité de la région d’Ali-Sabieh, au sud du pays.

Il s’agit en effet pour le président de l’Assemblée nationale, Mohamed Ali Houmed, et pour les membres du gouvernement, de partager le quotidien de ces populations le temps d’un week-end en vue de s’enquérir de leurs conditions de vie et de recueillir leurs doléances.

Au pied du mont Moussa Ali, Madgoul semble complètement isolé. Ce village ne bénéficie ni de puits, ni d’école, ni de dispensaire et ne peut compter que sur une minuscule retenue d’eau, à peine humidifiée par la dernière pluie.

« Nous avons soif »,s’est d’ailleurs écrié un habitant de Madgoul, lors d’une rencontre organisée vendredi matin sous l’arbre à palabre. Cette rencontre qui a donné lieu à des discussions franches et sincères, aura été pour les habitants de Madgoul une occasion inespérée pour transmettre directement leurs doléances.

« Comme vous pouvez le constater, cette minuscule retenue constitue pour nous notre seule source d’eau « potable ». C’est triste mais c’est la réalité », a regretté un homme parmi les intervenants.

Le président du parlement, Mohamed Ali Houmed, le ministre du Budget et celui du Commerce, n’ont pas caché leur déception face à cette situation. Ils ont toutefois promis de transmettre toutes les doléances des habitants au président de la République, M. Ismail Omar Guelleh.

 

« Nul doute que des mesures seront prises pour corriger ces défaillances », a affirmé le ministre du Budget, Abdoulkarim Aden Cher. « C’est pour cette raison que nous sommes là aujourd’hui avec vous », a-t-il dit en substance.

 

Au cours de cette rencontre, qui a duré près de 2 heures, les membres de la délégation ont beaucoup écouté, pris note des doléances et se sont exprimé à leur tour. Mais une chose est sûre : ils auront constaté qu’à Madgoul, tout est à construire !

 

AAD (La Nation)