LE POINT  SUR L’EVOLUTION DE NOS FINANCES PUBLIQUES DURANT LES 20 DERNIERES  ANNEES 

LE POINT  SUR L’EVOLUTION DE NOS FINANCES PUBLIQUES DURANT LES 20 DERNIERES  ANNEES 

Pour aborder brièvement l’historique et le contexte économique de notre pays durant les 20 dernières années, il faut savoir que la période décennale allant de  2000 à 2010 a été consacrée  aux réformes macro-économiques et structurelles.

 Ces réformes avaient pour objet une contraction de la masse salariale et une réduction de l’inflation allant de pair avec une réduction du déficit budgétaire,  tout en mettant en place  les conditions nécessaires  pour que le climat des affaires et la promotion de l’investissement permettent une production accrue de richesse    .

La période qui a suivie cet élan de réformes (2010-2020) a été marquée  par les multiples projets d’investissements dans les infrastructures et les secteurs porteurs.

investissements réalisés dans les infrastuctures portuaires

Terminal à conteneurs de Doraleh

dmp

Port Multimodal de Doraleh ( DMP Djibouti)

liaison ferroviaire ETHIOPIE-DJIBOUTI

Le pays a ainsi accéléré sa croissance (positive) de manière continue,  et  le PIB  a quadruplé au cours de la dernière décennie.

 Résultat des courses pour l’ensemble des vingt dernières années , un PIB qui a  été multiplié par six  en passant  de 97,965 Milliards en 2000 à 654,649 Milliards de fdj en 2020. 

évolution du taux de croissance

de 2000 à 2020 le PIB nominal de DJIBOUTI a quintuplé

Comme le démontre le tableau ci dessous  le PIB nominal  est passé   de  97965 milliards de fdj en 2000 à 200,578 Milliards de fdj en 2010, pour passer  à 431,911 Milliards en 2015, pour atteindre 654,549 Milliard en 2020.

Autrement dit la production de richesse au niveau national ou  » PIB  »  a été mulitipliée par un facteur six, en 20 ans.  

Les raisons de cette croissance découlent de l’implementation de grands  projets d’investissements  dans les biens d’équipements et infrastructures de transports ( ports etc,)  ainsi que dans les secteurs porteurs ( télécommunications etc.), la création de nouvelles zones Franches, l’afflux des IDE ( Investissements Directs Etrangers etc,,)

Petit point d’ombre  à ce tableau , cette évolution encourageante  de la production de richesse ( PIB) n’est pas corrélée  avec une augmentation des recettes  fiscales qui ont certes évoluée positivement (augmentation d’un facteur 3 en 20 ans)  n’ont pas suivi de manière proportionnelle  cette augmentation de la production intérieure brute  ou PIB.

évolution des recettes intérieures ( fiscales et non fiscales)

évolution des recettes intérieures annuelles

Rappelons que les recettes intérieures du pays  proviennent pour une bonne part des recettes  fiscales (impôts  et droits de douanes et droits indirects) et des recettes non fiscales  ( revenus des domaines , dividendes  des sociétés  d’économie mixte, loyers des bases étrangères  et fonds provenant des regies de recettes de l’état).

Ce manque à gagner est néanmoins  compensée par l’évolution vertigineuse des recettes intérieures non fiscales . Comme le démontre le graphique ci dessous.

recettes fiscales vs recettes non fiscales

répartition des parts de recettes intérieures- fiscales vs non fiscales 

Ainsi les recettes non fiscales qui étaient en 2000 de 12% du total des recettes intérieures, avoisinent aujourd’hui  plus de 42 % des recettes globales du pays .

Nous allons progressivement dans le sens d’une évolution vers un scenario dans lequel  les recettes non fiscales  prennent  une part de plus en plus importante dans les mobilisations des recettes globales du pays.

 

A SUIVRE …