Biographie
 
De nos jours les valeurs fondatrices de l’action publique paraissent s’épuiser au profit de celles qui privilégient la satisfaction des intérêts particuliers ; on peut donc être tenté d’en déduire que désormais servir l’État a perdu son pouvoir d’attraction. Cette déduction, par trop simpliste, fait fi des ressorts complexes qui guident les choix des uns et des autres lorsqu’ils occupent des prérogatives et des fonctions de décideurs au sommet de l’état.En raison même des incertitudes actuelles sur le rôle de l’État, ses missions, l’organisation et le mode de gestion de son administration, participer au grand chantier de la reconfiguration de l’État et relever les défis auxquels il est confronté constituent, aujourd’hui, un puissant moteur pour vouloir adhérer au club des réformateurs de l’action publique.

Le nouveau ministre du Budget, Abdoulkarim Aden, fait partie de ces réformateurs qui ont une foi inébranlable et vertueuse en l’Etat dans sa mission première, qui est celle de veiller à l’intérêt public , la protection des plus faibles, et le développement économique et social de tous

Economètre de formation, il démarre sa carrière en 1995 au ministère des finances de l’époque où il occupe des postes à responsabilité.

il intègre la cellule synthèse et prévisions budgétaires, prend en charge toute la communication avec le Fonds Monétaire International en tant que Coordonnateur adjoint du Programme d’Ajustement Structurel.

Au Service du patrimoine, et notamment en matière de logements de l’état, il engage avec son équipe un vaste programme de rationalisation des dépenses publiques.

Assistant du Trésorier Payeur National il intègre la cellule synthèse chargé du TOFE.
Sous Directeur de la solde, il réussit à centraliser la solde de l’ETAT. (qui auparavant était en fait dispersée et répartie par départements ministériels).

Il devient Responsable ensuite du contrôle budgétaire, service qui deviendra de nos jours la Direction du Budget.

Il passe ensuite au Douanes et devient Représentant du gouvernement auprès de la COTECHNA.

Il quitte le Ministre des Finances, avec un léger sentiment d’amertume , en laissant certains projets non aboutis, et se retrouve affecté au Ministère de l’énergie où il occupe différentes fonctions.
D’abord Conseiller du Ministre, il s’occupe du sel, et devient ensuite responsable d’une commission chargé e de la structure des prix des hydrocarbures, Il devient par la suite ,Directeur de l’Etablissement public des hydrocarbures , actuelle Société Internationale des Hydrocarbures de DJIBOUTI.

Parallèlement il devient tour à tour Vice président de la commission chargé de la démobilisation, Vice président de la commission chargée des effectifs de l’état.

Il participe au processus de mise en place des mesures pour la protection de l’environnement et la création d’un fonds national pour l’environnement.
Il devient en même temps consultant (pour la mise en place du fond de l’environnement, consultant pour la mise en place de l’ ANPI )

A partir de 2012, SEM Abdoulkarim Aden Cher intègre le mécanisme africain d’évaluation par les pairs ou MAEP. En sa qualité de secrétaire national, il a piloté la mise en œuvre de ce processus d’évaluation en sillonnant le territoire national d’un bout à l’autre, à de nombreuses reprises. Il dirige et coordonne une longue série de travaux d’études, d’enquêtes et d’ateliers-débats pour évaluer la gouvernance nationale.

Ces travaux permettent de faire le bilan des difficultés et problématiques du développement, et la formulation de recommandations pour améliorer la qualité de vie de nos concitoyens.

Il parvient à réaliser sur le terrain, une étude exhaustive sur l’étendue des problématiques liées au développement et le travail à faire, il contribué en outre à réunir et centraliser tous les textes juridiques, politiques et institutionnels du pays.

En marge de ses activités au sein du MAEP il devient responsable de l’organisation des élections en tant que Président de la CENI en 2016 et vice-président de la CERI en 2017.

Il arrive au département à poing nommé au moment où notre économie à besoin de repères durables , pour faire des choix importants en matière d’économie , dans la tourmente que suscite l’actualité internationale , tiraillée par une tentation de retour au protectionnisme et au conservatisme , d’un coté , ou d’ouverture pour tenter de se faire une place honorable dans les concert des nations et de la mondialisation .